Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 08:46

Aimer, c'est offrir son intimité

A sa dulcinée, en écartant les obstacles,

En obstruant les passages sur le gué,

Où s'arriment tant d'ouvrages qui n'ont pas d'âges.


Aimer, c'est enraciner un breuvoir,

Une culture, un savoir qui délectent au patrimoine

Le devoir tel un moine, qui ne peut prétendre à une face

Mais qui fait préface à un devoir de mémoire.

 

Aimer c'est aussi occulter le culte du substitutif

Qui fraternise et qui se plaît à une main mise

Pour que la raison se fasse en perfection avec la solution

Sur la saison qui fait scission à l'abnégation.

 

Aimer c'est aussi s'abandonner à l'appréciation

Qui donnera permission pour s'adonner à une certaine soumission

Requête qui prend sa quête dans l'éphémère 

qui est mère pour l'absolution  et l'acquisition

 

Alors, il se peut une entité qui forme un précité

D'une union qui mande un prénom ou une désunion

Qui volage selon l'âge sur le présage et le sage

Car le souffle de l'institution n'a point de constitution

 

Aimer, c'est flirter avec l'inaccessible

Dont la cible se fait disciple d'un cycle

Pour peu, la flèche se tiendrait à l'assiette du coeur

Se figer par inadversité, dans l'élan de votre action

où s'écoule la ferveur d'un éventuel bonheur

Les larmes de sang qui se tiendront à ce pied

Nourriront le labeur d'un félicité

Qui enfanteront maintes générations

en donnant réjouissances à la fécondation

 

Mais puisqu'il est une oraison sur l'horizon

Sur le firmament d'une maman qui tient dans une main

Une fenaison en subodorant l'adjonction

D'une facétie que l'on ne peut innoculée

 

Il en reste que,

Aimer s'en retenir

Aimer s'en débattre

Jusqu'au fins d'un dessiné sans en débattre

Pour atteindre  l'espoir d'un savoir ne peut se recevoir .

 

Robert-Paris

Repost 0
Published by corps des humbles de savoye - dans le son et le corps
commenter cet article
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 15:16

Physiquement ou psychiquement, chacun différe selon sa forme de pensées, son antécédent et son univers bioplasmique.

En ce sens, un artiste, un auteur, un compositeur, un peintre ou autres ne peuvent s'asseoir à une table qui reflète une activité autre.

Si on force cet acteur de la vie vers un autre défini, il en ressort une déstabilisation de l'esprit voire une dépression, car celui-ci n'a pas d'attaches avec le monde rationnel, à moins de le mettre en état de soumission où il s'évadera sciement pour ne point souffrir dans son subject.

Il faut comprendre qu'icelui flirte avec le bonheur de l'inaccessible, l'incomparable, le susdit qui donne vie et crédit et devient donc un créateur de rêves qui octroie au devenir de chacun à une accessibilité et un défini dans notre société.

En fait, si on freine son action, l'avenir de notre avenir sociale s'atténue sur notre devenir ce qui ne peut que faire souffrir notre nation.

Robert-Paris.

Repost 0
Published by corps des humbles de savoye - dans le son et le corps
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 12:23

Au regard de l'acuité et des connaissances que je recèle, il m'apparaît que le lien entre le génome et le déplacement du son sur terre comme  dans la galaxie, crée un phénomène par sa conjugaison provoquant un aspect pluridisciplinaire chez l'homme comme sur les espèces.

En effet, si on analyse les particularités, on s'aperçoit que le génome est une masse, un objet si vous préférez qui vibre et prend vie sous l'effet du déplacement du son ou du phénomène vibratoire. En clair, le phènomène vibratoire devient un transporteur de l'objet en question mais aussi provocateur d'une érection momentanée des particularités de l'objet. C'est comme si, sous l'émanation d'une fréquence cela à une certaine amplitude, conduit un verre jusqu'au au seuil de sa destruction.

Ainsi, les espèces humaines ou non deviennent un sujet et non un décisionnaire pour se mouvoir.

Pourquoi ? Parce qu'il existe dans le corps humain l'ADN et que celui-ci est sujet à son environnement comme le son ou le phénomène vibratoire. Le gène se rattachant à la protéine recèle multiples particularités dont une parmi d'autres qui se rattache à la mémoire (KIBRA). Kibra, dont on peut remercier pour sa découverte l'institut de Zurich qui fait partie intégrante de l'International Human Genome Project, est un gène qui à la faculté de fixer une information quelconque sur son support que le paléotologue d'aujourd'hui se plaît à découvrir. Pour l'heure, on est à la découverte et Kibra nous fait apercevoir qu'il existe une mémoire longue et une, de courte durée. Cette mémoire constante fait de faits agit sur notre comportement démontrant par exemple une sensibilité (au regard d'un fait de blessure par exemple) accrue ou autres.

Le gène est activé dans l'hippocampe, un cerveau région qui est connue pour être critique pour la fonction mémoire. Le rein et le cerveau gène de la protéine exprimée (Kibra) et le gène 2 calsyntenin (CLSTN2) seraient impliqués dans la plasticité synaptique. Polymorphismes nucléotidiques simples (SNP) rs17070145(Kibra) et rs6439886 (CLSTN2) ont été trouvés à modifier des mesures de performance de mémoire.

Kibra comme les autres gènes sont sous le phénomène vibratoire ou si vous voulez de l'onde. Bien qu'il soit dit que l'onde détient l'aspect des cristaux phononiques et acousto-optique qui gènent la propagation ou l'interdit voire occulte le spectre acoustique en son sein, les gènes vibrent par son action.

Elle met en exergue les valeurs de l'ADN et de sa déclinaison comme un timbre sonore selon l'émission, la réception et la perception dans un temps précis. 

Pourquoi ? parce que chaque gène sous l'emprise d'une émission sonore va osciller, vibrer et former, prendre une certaine forme de timbre mettant en avant certaines caractéristiques.

Cette érection qui dure un laps de temps peut mettre en avant un homme mais aussi lui faire faire des actions contraire à sa volonté car elle est incluse dans sa mémoire. Une nécrose reprotoxique s'ensuit parfois au détriment des générations prochaines mais il en est ainsi.

Robert-Paris.


 

 

 

Repost 0
Published by corps des humbles de savoye - dans le son et le corps
commenter cet article
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 09:35

Les Caractéristiques du son & des partiels des langues & de la musique sur terre, appartiennent à un complexe de la nature,  de l'univers & des effets de l'homme.

La formation des langues (le Chinois, le Russe, le Français, etc... suivant les us de chacun & de la géopolitique ainsi que de son histoire...) selon la latitude, la longitude, la matière du terroir, le plasma de notre univers, le frottement des planètes (Il faut savoir que la rotation de la terre est pertubée selon l'espace qu'elle occupe. Depuis plusieurs siècles, la vitesse de rotation de la terre est passée de 22 heures à 24 heures, d'où une autre perception autre que l'antécédent mais aussi une autre acuité en ce sens. Le Plasma de notre univers qui nous dirige dans 4 mds d'années vers une destruction de la terre par Andromède selon l'estimation (oubliant quelque peu le pouvoir de la croissance logarithmique et la multiplication des supports de l'homme et des usages qu'il en fait, déterminent les éléments pour en faire une symbiose) dirigent nos sens vers un lieu.

 

En clair, le noyau de la terre en perpétuel mouvement qui fige par endroit certaines particules sous l'effet de l'univers, incite à une composition de la langue ou de la musique et des ses instruments, selon sa géographie.

 

Dans un pays tempéré comme la France, nul n'est besoin à l'homme d'usiter pour le moment un vocabulaire à l'audition dont la teneur ne soient empreint de partielles élevées pour une perception. Par contre il est en est tout autre en d'autres lieux, comme dans les pays froids ou de l'Asie.

Il est plus serein d'entendre un son et ses partiels la nuit (pour exemple en France) que le jour (C'est normal car on usite  moins la propagation des événements sonores comme la voiture ou internet ...) .

La complexité n'est pas que là, car le psychique de l'homme à son importance. Outre qu'il perçoit de par ses sens le mouvement et l'apposition des caractéristiques de l'univers, il se plaît aussi à pressentir l'événement à venir, pour se prémunir comme un animal, d'une éventuelle catastrophe, ce qui interfère et modifie les données.

Robert-Paris.

Repost 0
Published by corps des humbles de savoye - dans le son et le corps
commenter cet article
13 janvier 2012 5 13 /01 /janvier /2012 19:03

Il serait d'une prétention de pouvoir vous convertir au baroque et sa suite, mais il est plaisant de vous faire découvrir une harmonie qui se rattache tant à l'époque qu'à la nôtre.

Je vous invite par là même, à me décliner l'harmonie qui peut s'ensuivre.

Robert-Paris.

Repost 0
Published by corps des humbles de savoye - dans le son et le corps
commenter cet article
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 18:25

C'est une mesure (comme le litre ou le mètre) morphologique du son dans un espace et un temps bien précis.

Elle comprend la durée, la hauteur (au regard du type de diapason), le timbre, l'harmonie, la ponctuation et autres mais aussi les éléments comme l'hygrométrie, la pression atmosphérique, la tessiture et sa fréquence de résonance de l'objet et de l'espace qu'il occupe ce qui peut amplifier ou non certaines partielles de par le phénomène relationnel vibratoire (voir accoustique).

Elle émane des usages bien souvent de l'homme et de sa perception comme de sa compréhension ceci pour donner un langage selon le lieu ou l'espace qu'il occupe. Elle s'installe au cours des siècles dans un mimétisme des coutumes et devient intuitive selon les capacités et les caractéristiques physiques de chacun et chaque génération en ce sens, lui apporte sa contribution.

Le comportement sociétal est interactif car le phénomène croît qu'à partir de la sensibilité de chacun et cela à un moment bien précis. C'est pour cela qu'une oeuvre ne peut-être reproduite de la même façon à chaque exécution au grand dam des compositeurs, parfois !

En clair, la morphométrisonore est une évaluation intuitive de l'homme en premier lieu qui respecte un certain processus de langage.

Robert-Paris.

Repost 0
Published by corps des humbles de savoye - dans le son et le corps
commenter cet article
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 16:31

Est-il possible d'écrire dans un langage français aujourd'hui ? Non! Les médias minimisent les caractères à 250 mots car le dialecte qui s'installe n'a pas de fleurs au delà! 

De temps en temps, au gré du vent, on vient à balancer un adverbe ou un lieu commun ou alors on vient chérir un sustensible pour ne point, à la faveur, ternir une image qui suppute un dictionnaire.

Les médias en ce sens, doivent-ils satisfaire ? Puissent-ils contenter et rétrocéder ce français à un rang qui fait indigence?

Le Corps des Humbles ne peut se prêter à cette indication car il entend une dégénérescence dans cette action.

Une personne se doit de comprendre la portée de ce qu'il perçoit et doit se mettre dans la faculté de percevoir et non d'induire pour une sustentation.

A force, l'acuité qui se meut dans l'espace, à travers la presse, perd sa valeur, si celle-ci entend cette action. Celle-ci se doit d'attenter à vos facultés pour vous permettre d'accéder à servir votre esprit.

Avez-vous l'accointance d'un professeur ?  D'un précepteur ?Doit-il suivre dans l'abnégation pour surseoir ? Nous ne croyons pas en cette circonstance qui suppute . Un professeur se veut être et permettre à autrui d'acquérir  et non d'admettre en favorisant les préceptes.

Aussi, il serait un bien-être , que chaque support fasse une adéquation pour un attendu qu'il serait heureux de préciter.

En clair, vous voyez notre population s'affairer à un dialogue en SMS avec les mots comme "niquer" "sucer" et que les médias s'affairent  dans un passé composé et en 250 mots dont  la teneur est pour un événement.

Vous avez un langage dont la source vient de Vaugelas (père de la langue française) et se battre en ce sens vous rend un hommage pour votre ouvrage. Ne le fatiguez pas d'un attendu. Rendez-vous au bastingage. 


Robert-Paris.

Repost 0
Published by corps des humbles de savoye - dans le son et le corps
commenter cet article
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 16:26

Les compositeurs ne sont qu'un baromètre de la société. Ils décrivent dans la plus grande simplicité et parfois, avec une caricature mal dessinée, le souffle de vie, selon le lieu, de notre existence.

En clair, c'est un journaliste qui, selon l'intelligence et la maturité des sens, et ceci en gardant les usages des préceptes, dessine le portrait de l'entité visuelle qu'il a en face de lui.

La propagation et la multiplicité de la technologie que perçoit les sens du sujet qui fait le dessein, évoluent en permanence, ce qui engendre une perte d'autonomie requalifiée pour la circonstance. 

On écrit pas pareil au XIXème comme au XXème et surtout pas comme au XXIème siècle. Ne serait-ce qu'il y a cinquante ans en arrière, on s'abreuvait d'un défini qui était autre que celui de maintenant.

En effet, il ne faut pas croire que le cerveau n'entend pas les commensurables des fréquences d'un téléphone portable ou autres ou les voluptés du plasma de l'univers et qu'il ne perçoit pas le désidérata de l'esprit en confrontation de façon constante à son univers, ses usages et sa situation géographique (ceci bien que l'oreille humaine à une bande passante de 20Htz à 20KHtz dans son épanouissement).

Pour exemple, le cerveau a mis plusieurs siècles et l'activité mathématique (grâce entre-autres à Pythagore) pour découvrir l'ordre chronologique des partiels d'une note qui donna naissance à l'harmonie qui s'est enrichie par la suite.

Autre exemple qui se rapproche de notre espace temps qui est la confrontation des émissions radios dont le résultat montre une augmentation de la charge des partiels sur la fréquence porteuse (la note) émise qui selon l'emplacement, incite à élever la hauteur du diapason (440Htz) à 442 puis 444Htz*. Sachant que sur le shéma, le transport de l'électricité se fait sur une porteuse de 55Htz  (une des partiels se trouvera être à 440Htz) et qu'elle alimente le processus d'émission, qui donc elle entre ou entrera en corrélation avec l'émission de la note d'un orchestre, ce qui peut inhiber la faculté dudit orchestre, suscitant l'intérêt de pourvoir à une requalification.

La hauteur du diapason, depuis le XVIIIème siècle n'a pas cessé de monter ou de descendre. Pratiquement, à chaque fois qu'il montait, il annonçait une crise ou une guerre curieusement.

Tant est si bien, on peut se permettre de déduire aujourd'hui que la perception des infrapartiels ou des partiels (selon l'amplitude et l'espace dans le temps de la note) du musicien néophyte ou pas, permet que la quantification de la hauteur du diapason soit démonstrateur du bien-être de la société.

Une dérive s'ensuivit avec le rythme, qui évolua sur le support des mots (le "rap" pour exemple) en délaissant la mélodie qui se meut sur pratiquement une note. Cela démontre un stress constant proche de la tachycardie qui s'instruit et enfante un effet mutagène sur notre corps et notre société. En effet, morphopsychosociomusicalement (etcetero...) parlant, on voit apparaître ou poindre:

Un rythme ancestral qui se conjugue généralement sur 8,12,16 mesures et qui montre que l'on revient au "boeuf à bas" sur un ton monodique et monotonique  émanant des monotrèmes et dont l'accentuation (la dynamique) est déplacée volontairement.

Ce phénomène (réducteur dans la déclinaison)  s'octroie l'intelligence de décliner un mal être. Il dessine non pas une soluté, mais une image que nous laissons à nos enfants dont l'aptitude mimétique n'est plus à démontrer. En clair, cette forme d'écriture qui sera pourvoyeur, nous dit "Puisque tu veux prendre mes forces, je préfère les donner à ceux qui pourront s'élever, car l'abject ne m'atteint plus et toi, tu l'auras dans le ..." (selon l'analyse des phonèmes & autres caractéristiques). Présage ou une réponse à la douleur ? Rien ne peut-être sûr car l'homme à la faculté de l'oubli (même de la douleur). 

Pour l'heure, nous gardons le pouls de votre destinée.

Robert Paris.


Repost 0
Published by Robert Paris - dans le son et le corps
commenter cet article
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 15:27

Que peut-il y avoir derrière l'empreinte neurophysiologique spectrale génétique de l'écrit ?

Tout d'abord, il faut avant tout avoir pris conscience de mes écrits antérieurs et d'avoir absorbé la thèse ou les préceptes de Bailly (linguistique générale et française), Guberina (le rôle du langage), Luria (higher cortical fonctions in man), Maeda (articulation compensatoire des voyelles), Rosenfield (l'invention de la mémoire) et autres comme B. Zellner avant de pouvoir assimiler la chose sans quoi  vous ne pourrez suivre mon cheminement.

En premier lieu, il faut savoir que nos caractéristiques cellulaires transportent une mémoire qui se greffe et se transmet de génération en génération bien qu'elles aient une fonction principale autre.
Cette mémoire vient en complétif à l'acquis qui se fait déjà dans le ventre, bien avant l'enfantement.
Il résulte que les cinq premières années de la vie sont importantes pour l'assimilation de l'ouïe et la retranscription des activités de reproductions (modélisations) à des fins de transmissions par le biais des activités respiratoires et musculaires spécifiques. En clair, l'exposition permanente à la langue maternelle entraîne obligatoirement un conditionnement neurophysiologique à celle-ci, ce qui est en grande partie responsable de la défection du sujet à l'accès à la parole étrangère.
La conséquence évidente est la difficulté de percevoir et reproduire les phonèmes en raison de la "coarticulation" (au plan acoustique).
Pour exemple, un étudiant francophone aura du mal à apprendre l'anglais qui comprend des syllabes inaccentuées parce qu'il attend des syllabes pleines comme celles qu'il a perçues par sa langue maternelle.

Le débit de la parole et sa modélisation sont très importants aussi. Encore peu exploré, ce phénomène fondamental nous permet de mieux comprendre la dynamique de la parole. Chaque débit implique des stratégies d'organisation temporelle différentes de la chaîne parlée qui ne se reflète pas au premier abord dans l'écrit.

Toutefois, cela est faux car l'écrit est un parfait révélateur de votre entité. Grâce à votre mémoire génétique qui s'inscrit à l'acquis, chaque sujet va usiter dans un ordre bien établi en écriture, votre description spécifique en relatant votre passé et votre présent qui désignera ou dessinera approximativement la direction que vous êtes apte à prendre dans l'avenir. Certes, on ne peut désigner avec précision le phénomène car l'homme évolue par étape (perception, compréhension, transmission) et le pas qu'il fera sera le présent d'une destinée.
Attention cela tient à la richesse de l'information portée par les facteurs prosodiques. La prosodie, dans toutes les langues du monde, est l'essentielle pour la communication car c'est elle qui détient les indications précieuses sur l'état affectif  et émotionnel du locuteur contrairement à l'écrit bien que la maîtrise de celui-ci amène à l'intuition du lecteur.
La maîtrise de l'accentuation ou l'allongement des syllabes, les accélérations ou les ralentissements du débit, les mises en valeur par le détachement d'un mot ou le placement d'une pause sont les marques les plus authentiques de la subjectivité.
Le choix d'un débit rapide ou lent induit à la fois des changements d'ordre quantitatif et d'ordre qualitatif qui ne peut se prêter à l'écriture au premier abord, mais en s'appuyant sur l'hypothèse que l'on respecte la dynamique temporelle (fréquence de changement de classe de durées), il sied que l'unité articulatoire syllabique constitue comme la locution, un point de référence temporelle "le macro-système est plus déterministe (moins fluctuant) que chacun des micro-systèmes le constituant" (Bavaud).
Nous rappelons qu'en termes de fonctionnement cérébral que chez le droitier, seul l'hémisphère gauche est gestionnaire de la dimension purement intellectuelle du langage, aux dépens de leur hémisphère droit détenteur des fonctions de production et de perception de la dimension rythmique, intonative, de la parole, porteuse de l'affectivité spécifiquement humaine (par absence de recherches pour le moment).
Pour le poly-penseur, il en est tout autre car il a mis en place un multi-codage de références.
L'ouïe est un sens et l'écrit qui s'attache à la locution, se conjugue avec l'ouïe. Ces sens sont en corrélations constantes des autres sens. Que l'on en perde un, une déstabilisation s'en fera sentir qui sera supportée par un autre. Un développement s'ensuivra pour rééquilibrer ce corps et cet esprit.

En clair, l'écrit est un ADN qui est dépositaire d'une identité spécifique bien que l'interprétation, de par la subjectivité relationnelle du lecteur vienne charger harmoniquement la perception.
Prenez un livre et lisez le intérieurement, puis déclamez le pour ensuite le reprendre en le vocalisant avec le respect qu'il se doit de la ponctuation délivrée, ceci en l'enregistrant. Puis, prenez un autre sujet au même configurations métaboliques et demandez lui la même chose.

Vous vous rendrez compte à l'écoute que les sujets en question, apposeront le même regard qui sera le reflet de l'auteur (Évidemment, je ne parle pas de textos). Vous seriez surpris de voir sur l'analyseur spectrale, outre la composition du timbre de chacun (qui est unique aussi) le même placement de dynamiques sur les voyelles et les consonnes. Cela s'appelle "la ressemblance verbale de l'ethnie" support indispensable pour l'insertion du sujet dans une société. Force est de constater, que si le sujet reflète une non-compréhension voire un trouble dû à un antécédent, le lecteur comme l'auditeur en percevra et définira un sens qui prendra son sens dans l'émotivité avant la compréhension.

Un conseil, que vous gardiez ou non, une distance dans l'écriture, il est le reflet d'une pensée qui peut, par manque d'un savoir ou autres, être soumis  à interprétations dans votre propre ethnie, aussi armez-vous d'un bagage qui demande une quête perpétuelle sans quoi vous souffrirez un instant qui vous paraîtra une éternité.
Surtout, enrichissez-vous de cet outil et ne vous laissez pas aller à faire perdurer votre empreinte dans un milieu empreint d'une pauvreté dialectique, ceci pour protéger et rassurer votre esprit qui est en perpétuel quête d'affections, car il en serait dommageable pour vous par la suite.


Robert Paris.

Repost 0
Published by Robert Paris - dans le son et le corps
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 15:44

Les capacités intrinsèques du cerveau à s'auto-réparer ouvrent aujourd'hui, au regard des nouvelles découvertes,  des perspectives inattendues pour le développement de thérapies, notamment pour le traitement des pathologies neurodégénaratives (Parkinson ou chorée de Huntington).

Pour vous, ce que je vous dis doit paraître de l'hébreu et ennuyeux, mais cette avancée des chercheurs de l'Institut de Pasteur et CNRS est une révolution dont je me dois de relater.

En effet, ceux-ci viennent de prouver que certaines cellules non-neuronales, appelées cellules gliales, pouvaient se transformer en neurones capables d'intégrer des réseaux cellulaires existants. L'équipe en question a en outre observé que l'absence de stimulation olfactive, à la suite d'une lésion intensifiait la transformation des cellules gliales en neurones.

Pendant ce temps au CNRS de Lyon, le chercheur  français a démontré en collaboration avec le National Institut of Mental Healt, que chez l'homme l'activité d'un messager chimique  clef (la dopamine) affecte des circuits neuronaux vitaux impliqués dans la motivation, l'apprentissage (circuits de la récompense).

Ces résultats pourraient bien à long terme, mener à des stratégies pour les maladies telles que Alzheimer ou autres.

Sachant que la mémoire d'une cellule (sa capacité à exprimer un nombre bien défini de gènes), selon les études menées par le Dr Christian Bronner de l'Institut Gilbert Laustriat, est lié à la présence de petites modifications appelées méthylations positionnées sur la cytosine (une des bases de l'ADN "espace entre deux hélices") déterminent la nature et les fonctions d'une cellule.

On peut prétendre, à fortiori, que ces denières découvertes permettront à subvenir tant pour Alzheimer, les cancers, Parkinson tout en occultant pas les découvertes sur les conséquences du fer sur l'organisme humain ou de la déformation génétique dite sociale qui rentre en corrélation à la transmission génétique et au devenir de l'espèce humaine.

En clair, le cerveau est en capacité à se réparer lui-même, qu'il est pourvu d'une fonction de transmettre de par son gène à sa descendance, son vécu social et  que l'abus d'apport de fer paraît néfaste à sa personne. Que le cerveau, au regard de son activité chimique, demande que l'on excite la motivation et l'apprentissage d'icelui pour ne pas souffrir de maladies telles que Alzheimer ou Parkinson.

Je vous laisse seul juge en vous épargnant le défini du genre ICBP90 ou UHRF1 ou bien l'ADN hémi-méthilé....

 

Robert Paris

 

Repost 0
Published by Robert Paris - dans le son et le corps
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Robert Paris
  • Le blog de Robert Paris
  • : pensées d'auteur & rédacteur d'Alpes.Savoie.Net, compositeur, d'interprète, chef de choeur et d'orchestre
  • Contact

Profil

  • corps des humbles de savoye
  • Robert Paris est rédacteur en chef du Corps des Humbles de Savoye.
Sa perception ne vient que de votre souffle qui insuffle par monts et par vaux de la montagne des alpes et de la Savoie
  • Robert Paris est rédacteur en chef du Corps des Humbles de Savoye. Sa perception ne vient que de votre souffle qui insuffle par monts et par vaux de la montagne des alpes et de la Savoie

Gagnez une place pour Miss Aix

Gagnez une place pour la soirée de Miss Aix les Bains en répondant à la question:

-En 1730, la ville d'Aix les Bains portait un autre nom, lequel ?

Recherche

Texte Libre