Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
La narration est un instrument de communication. Un outil qui demande un apprentissage long et parfois pénible. Un narrateur n'est pas un comédien. Il raconte avec force détails, un fait, un évènement de l'instant. Au contraire du comédien qui apprend son texte, le narrateur lui, n'a pas la mémoire, il appartient au commentateur. Il est doué à mettre en valeur l'instant avec la ponctuation qu'il se doit. Bien sûr, le comédien est aussi un narrateur sauf que la différence se trouve dans l'expression de l'instant. 
Et si je devais vous comparer la chose, je dirai ceci par comparaison, que c'est comme faire la différence entre la musique vivante (jouer en direct) et une musique sur disque ou C.D. qui elle ne changera pas l'expression inscrite.
Bien sûr, chaque acteur ne joue jamais la chose pareillement deux fois de suite, mais la trame qu'il suit lui enlève quand même le côté vivant des choses.
 Tout d'abord, c'est un métier! Rare sont ceux qui le font naturellement. C'est comme Einstein, cela représente une trentaine de personnes par siècle.
Mais pour en savoir un peu plus, rapprochez-vous un peu plus de moi. Voilà ! Oui, euh ....encore un peu, si vous le désirez !

Bien ! Je disais donc que c'est un métier qui demande un apprentissage de son corps et de son esprit.

Il faut savoir que pour exprimer quelque chose de personnel ou d'intime, il est bon de baisser la tête et d'user du renvoi des paroles ou du chant par le nez, ceci de façon contenu, évidemment. A la perception, votre auditoire va comprendre que l'émission est un sentiment intérieur, une pensée, une réflexion que vous soumettez avec intimité à l'auditeur qui par un artifice neuropsychologique, neurochimique (sans les mimiques) neurophysiologique (parce que c'est magique ?) et phénomènes vibratoires vont créer une complicité voire un spasme de sentiments avec lui.
L'auditoire aime et recherche une intimité aussi, si dans les méandres du récit, il se trouve que cela soit un reflet d'un vécu de votre auditoire, votre intimité dévoilée sera la leur.

Maintenant si vous voulez montrer une force de caractère, une volonté d'action, une affirmation, par exemple, il ne faut surtout pas parler avec le nez. Mettre la tête haute et déclamer sans le système nasal. Pour cela, mettez-vous une pince à linge sur le nez et sur un terrain approprié pour vous exercer.

Ceci dit, la hauteur de la fréquence émise est très importante.
Plus une voix vient du grave, plus elle rassure. Elle repose, elle dispose, elle se pose donnant une impression de maturité pour un acte posé. Prendre son temps dans l'exercice quand on va vers le grave afin que le temps exprime l'étendue de la fréquence. N'essayez surtout pas avec une fréquence de 80Htz voire 55 de faire 16 notes à la seconde car cela serait inaudible bien que rejoignant l'impossible. Evidemment, l'aigu n'est là que pour faire le contraire. L'aigu c'est pour l'interpellation, l'excitation, un appel pour un secours ou autres. En continu, il agace, il suscite, il terrifie.

Attention, que ce soit dans le grave ou l'aigu, si vous usez votre texte sur la même fréquence (en musique, on appelle cela une pédale) que l'on appelle plus communément un ton monocorde, cela démontre une certaine lassitude, une lenteur, un fatalisme intussusception qui fait fuir votre auditoire si vous l'usitez trop.

Le duratif et la ponctuation mettront en valeur votre déclinaison de l'histoire.
En effet, tenir une voyelle ou une consonne dans le temps, c'est soutenir et donner un appui sur un mot important et montrer de l'importance au défini de votre récit. La ponctuation c'est, montrer un lieu, un exclamatif, une peur, une interrogation qui s'expriment souvent par une note en staccato.

Après cette approche, il y a la puissance sonore de vos dires à vous faire entendre.
Dans le grave, elle montrera une colère mesurée, tel un professeur ou un père de famille. Dans le médium, elle démontrera une revendication et dans l'aigu elle affirmera, selon la duration, une angoisse, une peur, une attaque.

Cela dit, je ne dois pas oublier la colonne d'air qui vous permet d'émettre votre son tout en le réfléchissant à l'intérieur de votre corps qui, selon l'harmonie dégagé (par un travail) va vous permettre d'émettre d'autres partiels du son (un son est formé de plusieurs notes appelées partielles) donc de donner une ampleur.

Pour clore ce chapitre, il serait bon de vous faire savoir qu'il faut que votre récit doit respecter la règle d'Or aussi pour mettre en valeur vos dires outre qu'il faut faire vivre un rythme soit  à deux, trois ou quatre temps, il faut comme lorsque des vers ou de la prose bien ordonnée, un respect du nombre de pied (de nez). De plus, il faut comme quand on regarde un portrait sur un tableau que l'importance de l'histoire se trouve à un tiers de la fin (dans le plus simple des cas).

Je vous laisse maintenant à conquérir cet ouvrage qui me vient en grande partie du paysage de la comédie française et du cinéma.

En effet, ma maman, dans son enfance, avait été élevé avec Marcel Carné (je crois que s'était son amoureux) et mon père qui a été un comédien avait fait école auprès d'un certain Louis Jouvet et autres comme Guitry.

Ah, que de souvenirs de cette enfance...! que je vous raconterai, un soir, peut-être car il me faudra tenir un langage qui, j'en suis sûr fera adage....


Pierre Denis Robert

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Robert Paris
  • Le blog de Robert Paris
  • : pensées d'auteur & rédacteur d'Alpes.Savoie.Net, compositeur, d'interprète, chef de choeur et d'orchestre
  • Contact

Profil

  • corps des humbles de savoye
  • Robert Paris est rédacteur en chef du Corps des Humbles de Savoye.
Sa perception ne vient que de votre souffle qui insuffle par monts et par vaux de la montagne des alpes et de la Savoie
  • Robert Paris est rédacteur en chef du Corps des Humbles de Savoye. Sa perception ne vient que de votre souffle qui insuffle par monts et par vaux de la montagne des alpes et de la Savoie

Gagnez une place pour Miss Aix

Gagnez une place pour la soirée de Miss Aix les Bains en répondant à la question:

-En 1730, la ville d'Aix les Bains portait un autre nom, lequel ?

Recherche

Texte Libre